Les indications


- Myopie jusque -9.0 D
(selon épaisseur cornéenne)
- Hypermétropie jusque +4.0 D
- Astigmatisme jusque 4.0 D

Les généralités


Le lasik comme la PRK utilise le Laser Excimer pour modifier le rayon de courbure de la cornée qui est la principale lentille de l’oeil. Les profils d’ablation sont les mêmes que pour la PRK (cfr chapitre précédent). La seule différence est que l’ablation laser du lasik ne se réalise pas sous l’épithélium mais sous un volet cornéen de 100 à 160 microns d’épaisseur.

Comparé à la PKR (Kératectomie Photo réfractive), le processus de cicatrisation et la réaction inflammatoire en LASIK sont considérablement réduits.

La douleur post-opératoire est peu importante.

La récupération visuelle quasi-totale permet de se passer de lunettes ou lentilles dans les heures suivantes. La réfraction est complétement stabilisée après 1 à 3 semaines.

Les résultats en acuité visuelle sans correction sont comparables à la PRK !

La prédictibilité des résultats est meilleure pour les myopies plus faibles.

Le traitement


Le patient est allongé en salle d’intervention, il est parfaitement réveillé.

L’opération est indolore car elle se fait sous anesthésie locale obtenue en instillant quelques gouttes de collyre dans l’œil quelques minutes avant l’opération, rien d’autre n’est nécessaire.

On peut le plus souvent opérer les 2 yeux dans la même séance l’un après l’autre.

L’ intervention consiste à découper un capot ou volet cornéen superficiel de 100 à 160 µm à l'aide d'un microkératome ou d’un laser (femtoseconde) , à traiter la cornée sous-jacente avec le laser excimer, puis à ré-appliquer le capot . La cicatrisation est rapide et la vue est recouvrée en quelques heures. Aussi, les deux yeux peuvent-ils être opérés le même jour.

Le lasik permet de corriger des myopies jusqu'à 9 dioptries, les astigmatismes inférieurs à 4.0 dioptries, et les hypermétropies jusqu'à 4 dioptries environ. Ces valeurs varient selon l’âge, l’épaisseur de la cornée, le laser utilisé.

Depuis 1993, le lasik, n’a cessé d’évoluer quant à la qualité de la découpe, et la sécurité du geste. La technique du lasik permet de corriger des myopies plus fortes que la PKR de surface avec une récupération visuelle plus rapide.

Les étapes du traitement sont:


1. Un anneau de succion, placé sur l'oeil, l’immobilise et guide le microkératome pendant la découpe.

2. L'avance du microkératome permet de découper une fine lamelle cornéenne de 100 à 160 µm d’épaisseur qui restera solidaire de la cornée grâce à une charnière, comme une porte.

3. L’ensemble microkératome/anneau de succion est alors retiré de la cornée.

4. Le capot découpé est ensuite soulevé (on ouvre le livre) 5.La photo-ablation au laser peut alors commencer sur le stroma cornéen. (partie centrale de la cornée). Le laser traite votre œil en fonction des informations recueillies lors des examens préopératoires.6. Le capot ou lamelle cornéenne est alors replacé à sa position initiale sans aucune suture. Deux à trois minutes plus tard, le capot est fixé du fait d’un effet de pompe qui maintient la lamelle sur la cornée (effet velcro). Dans les jours suivants, certaines précautions doivent être prises : instiller les collyres antibiotiques, anti-inflammatoires et les larmes artificielles, ne pas frotter ses yeux, ne pas aller à la piscine et éviter toute activité risquant d’infecter ou traumatiser l’œil.

Les complications


La fréquence des complications est inférieure à 0,1 %, alors que celle des incidents est de 0,5 %.

Les complications pendant l'opération

- Dysfonctionnement du laser excimer
Une évaluation systématique du fonctionnement du laser excimer est réalisée avant chaque intervention.

- Dysfonctionnement du microkératome
Une évaluation systématique du fonctionnement de l'instrument utilisé pour la découpe lamellaire de la cornée est réalisée avant chaque intervention. Malgré les soins attentifs apportés à cet instrument un dysfonctionnement reste possible.

- Incident de découpe du volet cornéen
Une découpe irrégulière ou incomplète, un blocage du microkératome, une perte de succion... peuvent amener à interrompre l'intervention généralement reprogrammée sans aucune conséquence 3 à 6 mois plus tard, après cicatrisation de la cornée.

- Décentrement du gommage cornéen au laser
(photo ablation)
Le traitement laser doit être centré sur l’axe visuel. Un système complexe appelé eye-tracker permet de réaliser une ablation centrée sur la pupille même si le patient ne fixe pas toujours correctement la cible lumineuse clignotante. Les décentrements ont donc aujourd’hui disparu avec les nouveaux lasers équipés d’eye-traker.

Les complications post-opératoires

- L'inflammation
Une inflammation post-opératoire peut engendrer une vision très floue. Les causes en sont mal identifiées . Elle disparaît dans la très grande majorité des cas avec un traitement anti-inflammatoire local.

- L'infection de la cornée
Elle est très exceptionnelle mais peut être grave. Le respect des instructions post-opératoires , l’instillation soigneuse des collyres prescrits, les mesures d’hygiènes de base et la surveillance postopératoire permettant de dépister une infection débutante et de mettre rapidement en route les traitements appropriés sont les meilleurs garants contre une infection cornéenne grave.

- La cicatrisation anormale de la cornée
La cornée est recouverte d’une couche superficielle de cellules appelée épithélium. L’épithélium peut souffrir lors de la découpe et entraîner une érosion . Les cellules peuvent cicatriser trop lentement, ou de façon irrégulière, voire s'insinuer au niveau de l'interface entre la lamelle et la cornée . Cette invasion épithéliale peut engendrer opacités, astigmatisme parfois irrégulier, ou sous-correction. Une réintervention est alors nécessaire afin de nettoyer l'interface, corriger l’astigmatisme et la sous-correction. Une cicatrisation lente d’un épithélium irrité peut être source de sensation de corps étrangers, de brûlures, ou de flou visuel. La découpe cornéenne a dans quelques rares cas été suspectée d’avoir induit une ectasie cornéenne (kératocône secondaire).

Les effets secondaires d'une PRK


- La sous-correction ou correction insuffisante
Elle peut être immédiate ou apparaître plus tardivement. Une correction par lunettes ou lentilles de faible puissance est parfois nécessaire. Chez le myope de plus de 40 ans, cette sous-correction est parfois souhaitable pour retarder l'apparition de la presbytie (difficulté à lire de près). Un retraitement complémentaire au laser est possible si nécessaire, après stabilisation de la vue.

- La sur-correction ou correction excessive
Cela ne signifie pas que l’on voit trop bien, mais que le myope devient hypermétrope ou l’inverse. Dans le cas où une sur correction serait trop importante, une retouche peut être nécessaire après stabilisation de la vue.

- L'astigmatisme régulier ou irrégulier
L'astigmatisme est dû à une irrégularité de la surface de la cornée. Il peut se traduire par un flou visuel, une diplopie (vision double). Le plus souvent corrigé par lunettes ou par lentilles de contact. Rarement, il peut être responsable d'une réduction de la meilleure acuité corrigée. La cicatrisation de la cornée, parfois longue, peut réduire cet astigmatisme... Un retraitement est toujours possible.

- Déséquilibre entre les deux yeux ou anisométropie
La vision satisfaisante nécessite que les images vues par l’œil droit et gauche se superposent au niveau du cerveau. La différence de myopie entre les deux yeux, après chirurgie par exemple, est parfois mal tolérée.

- Qualité de vision
Si l'acuité visuelle obtenue sans correction est jugée très satisfaisante, comparable à celle obtenue avec des lunettes, une certaine gène est parfois rapportée : éblouissement (par exemple, occasionnée par les phares de voitures lors de la conduite nocturne), impression de voile, ou encore perception de halos lumineux autour des lumières (notamment la nuit). Ces inconvénients s'estompent en plusieurs mois.

- Sécheresse oculaire
Cette sécheresse peut durer quelques mois et est améliorée par l’instillation de collyres lubrifiants durant quelques mois.

Photographies d'une intervention


lasik1
1. REPERES

lasik2
2. ANNEAU DE SUCCION

lasik3
3. DECOUPE DU CAPOT

lasik4
4. SOULEVEMENT DU CAPOT

lasik5
5. SOULEVEMENT DU CAPOT

lasik6
6. LASER

lasik7
7. LASER

lasik8
8. REPOSITIONNEMENT DU CAPOT

lasik9
9. RINCAGE

lasik10
10. FIN DE L'INTERVENTION